En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l'utilisation de cookie afin de nous permettre d'améliorer votre navigation.
En savoir plus
J'accepte
menu
Notre établissement  >  Nos valeurs, notre projet

Projet éducatif Mennaisien




Présentation du Réseau Mennaisien

Votre établissement fait partie du Réseau Mennaisien.

Ce n’est pas simplement une étiquette. Il s’inscrit dans une tradition éducative particulière qui n’est pas survivance du passé mais dynamisme pour aujourd’hui. Exercer dans un établissement Mennaisien, quelle que soit sa fonction, c’est appartenir à une communauté éducative qui s’engage au service des jeunes. Chacun le fait avec ce qu’il est, ses convictions, ses talents.

De Jean-Marie de La Mennais, notre fondateur, nous avons hérité une vision de l’homme, un projet. Aujourd’hui, au plus proche des réalités et des besoins de notre temps, nous continuons ensemble à faire évoluer la démarche pédagogique et éducative mennaisienne.
Ensemble car, s’il est bien une certitude pour nous, la Tutelle mennaisienne n’est pas d’abord un organigramme ou une liste d’établissements. Ce sont toutes les femmes et tous les hommes qui font vivre au quotidien, qui lui donnent son visage et son âme.

Ce document vous permettra de mieux connaître Le Réseau mennaisien, la Tutelle en charge de l’animer et de mieux comprendre le projet éducatif de votre propre établissement. Projet dans lequel vous aurez à inscrire votre action. D’autres l’ont fait avant nous, c’est à notre tour.

Jean-Marie de La Mennais
L’école mennaisienne, c’est un fondateur

Jean-Marie de la Mennais est né en 1780. Il avait donc 9 ans au dé- but de la Révolution française. Elle l’a fortement marqué. Il a assisté aux excès de la Terreur à Saint-Malo, aux exécutions des prêtres. Sa vocation personnelle est née de ces évènements. Il a été ordonnée en 1804.

Il aurait pu devenir un de ces prêtres brillants, proches du pouvoir, renommés dans l’intelligensia de l’époque grâce à leur talent d’orateur et d’écrivain. Il en avait les capacités et son milieu social l’y prédisposait.

Un autre prêtre breton, Gabriel Deshayes (né en 1867) a fait au même moment une démarche similaire. Ces deux hommes de foi et d’action ont décidé d’unir leur énergie et de consacrer leur vie aux jeunes. Gabriel Deshayes a été appelé à une autre mission en 1821 et Jean-Marie de la Mennais a assuré le développement de ce qu’ils avaient commencé ensemble.

Mais il a été percuté par le spectacle de cette Bretagne appauvrie, déchirée socialement et politiquement, où les plus faibles, spécialement les enfants, étaient abandonnés, sans trop d’espoir. Il a découvert cette misère d’abord jeune professeur à Saint Malo; puis davantage encore en parcourant le diocèse de Saint-Brieuc dont il a assuré la responsabilité de 1815 à 1821.

Il a très vite compris que travailler à l’unité serait l’œuvre de sa vie : « Rénover la société et bien faire l’homme ». Un moyen s’est imposé à lui : l’école car sans instruction, il n’y a pas de liberté possible. Reprenant les paroles de Leibniz, il répétait : « Tout sort de l’éducation... »
Son objectif : créer des écoles chrétiennes dans le plus grand nombre de petites communes bretonnes, « Là où les autres ne vont pas ». Et il y est parvenu : plus de 400 de son vivant et beaucoup ensuite. D’abords exclusivement en Bretagne, puis à partir de 1837 aux Antilles, au Sénégal, à Saint Pierre et Miquelon, en Guyane, à Tahiti, ailleurs locales pour répondre au mieux aux besoins spécifiques des populations (enseignant général, technique, agricole ou maritime).

Pour parvenir a ses fins, il a fondé deux congrégations enseignantes : les Filles de la Providences et les Frères de l’Instruction Chrétienne et une congrégation de Prêtres qui a été dissoute en 1834.

Jean-Marie de la Mennais est décédé en 1860 à la Maison-Mère de Ploërmel mais son œuvre s’est poursuivie à travers les aléas de l’Histoire. Aujourd’hui les Frères sont dans 26 pays à travers le monde. L’histoire continue, différemment que du temps du fondateur mais animée par le même souffle. Depuis une vingtaine d’années, ce sont des laîcs qui ont décidé de se rapprocher des Frères et des Sœurs, de s’investir à fond pour faire vivre cette tradition éducative.

L’Ecole Mennaisienne
Un lieu… pour faire connaître Jésus-Christ et proposer son évangile


Pour Jean-Marie de La Mennais, l’éducation est un long chemin qui doit conduire l’enfant à sa peine stature d’homme et de fils de Dieu, deux dimensions indissociables. C’est ce chemin de croissance qu’il demandait aux maîtres de parcourir avec les jeunes.
L’école est pour lui un lieu où l’on parle de Dieu et où la vie (relations, fonctionnement , services…) est en cohérence avec le message de l’Évangile.

L’école mennaisienne propose à tous l’Évangile comme chemin de vie et de bonheur. Elle permet à ceux qui le désirent de rencontrer Jésus-Christ et de vivre en Église.

Convaincue que l’aventure de la foi s’inscrit dans une histoire où se mêlent cheminement personnel et recherche commune, l’école mennaisienne met en place une pastorale adaptée et respectueuse de la diversité des chemins. Par la qualité d’humanité et de fraternité qu’elle cultive, elle donne vie à cette proposition.

Pour la mettre en œuvre, l’école mennaisienne prend en compte la diversité des situations : proposition à tous et accompagnement de chacun, découverte initiale et approfondissement de la foi…

L’école mennaisienne, en Église (diocésaine, locale…), tisse des liens avec les divers acteurs de la pastorales. Le lycée La Mennais fait partie intégrante du réseau des écoles Mennaisiennes. Nous souhaitons qu’au sein de notre établissement les parents et les enfants trouvent un lieu d’écoute qui permette à tous de réussir. Notre lycée se veut, en référence au projet Mennaisien, un lieu pour oser la fraternité, un lieu pour s’instruire et développer le meilleur de soi même, et enfin un lieu pour faire connaître Jésus-Christ et proposer son évangile.

Projet mennaisien
Un lieu…pour oser la fraternité

Jean-Marie de la Mennais a voulu des frères vivants en communauté pour éduquer les enfants et les jeunes. La fraternité fonde l’unité de la communauté éducative. Elle fait de l’école un lieu de croissance de la personne en relation.

Toutes les personnes qui travaillent dans l’Établissement et au service de celui-ci sont des membres à part entière de la communauté éducative : élèves, enseignants, personnels d’éducation, personnels d’administration et de service, membres de l’équipe de direction et de l’organisme de gestion, animateurs en pastoral, catéchètes, parents, frères de la communauté, prêtres des paroisses, anciens élèves…

Chacun dans son rôle et avec ses qualités contribue à entretenir dans l’Etablissement un climat de relations fraternelles. Vivre la fraternité suppose et suscite écouté, respect, simplicité, proximité. L’école mennaisienne se montre accueillante à tous : enfants, jeunes, adultes. Elle considère chacun comme unique et valorise la complémentarité des personnes.

L’école mennaisienne favorise l’écoute et le dialogue. Elle encourage la réflexion et les actions qui construisent la fraternité. L’école mennaisienne est attentive aux différentes pauvretés (matérielle, affective, intellectuelle, spirituelle) et cherche à inventer les moyens d’y remédier. Elle développe le sens du partage, de la solidarité. Elle ouvre à l’universel.
 

« Les pauvres, ils sont sacrés pour nous »